Le marché de l'habitation au Québec - Bilan 2016 - Société d'habitation du Québec

Le marché de l'habitation au Québec.

Bilan 2016

Le bilan annuel 2016 du marché de l’habitation au Québec résume l’état des principaux paramètres de ce marché. Il met en lumière les faits saillants relatifs au marché du neuf (mises en chantier) et au marché de la revente ainsi que la contribution des programmes gouvernementaux dans la construction de logements communautaires et abordables.

Faits saillants

  • Le nombre annuel des mises en chantier est en hausse de plus de 2 % au Québec;
  • Les régions métropolitaines de recensement (RMR) de Gatineau (+15 %) et Trois-Rivières (+34 %) sont les seules où le nombre de mises en chantier est en hausse par rapport à 2016;
  • La construction résidentielle connaît un léger recul (-0,2 %) dans le reste du Canada;
  • La hausse de l’activité se poursuit (+5,6 %) dans le segment locatif;
  • Le résultat annuel du marché de la revente est en hausse de 6 %.

Marché du neuf

Une légère remontée de l’activité sur le marché du neuf est observée au Québec en 2016

Les données annuelles compilées par la Société canadienne d’hypothèques et logement (SCHL) indiquent que les mises en chantier résidentielles ont légèrement augmenté au Québec en 2016.

Le total des mises en chantier (centres urbains et ruraux) s’élevait à 38 935 unités pour l’année 2016 (+2,6 %), contre 37 926 en 2015. Un rebond de l’activité (+10,4 %) sur le marché du neuf au premier semestre 2016 a permis de compenser la baisse (+2,4 %) observée au deuxième semestre.

Mises en chantier dans les centres urbains au Québec et au Canada

Dans les centres urbains du Québec (10 000 habitants et plus), le nombre des mises en chantier a diminué (-1,5 %), passant de 33 029 en 2015 à 32 528 en 2016.

Cette baisse est due à un recul (-8 %) au deuxième semestre de 2016. Elle a été observée dans le segment des appartements (-5 %), alors que celui des maisons individuelles est resté presque inchangé (+0,6 %).

Dans le reste du Canada, les mises en chantier sont globalement en recul (-0,2 %) avec des provinces affichant un résultat négatif, excepté l’Ontario (+5,2 %) et la Colombie-Britannique (+32,0 %) (voir tableau 1).

Tableau 1 : Mises en chantier dans les centres urbains – Canada et provinces, 2015 et 2016

Provinces

2015

2016

Variation
2015-2016

 

       Nombre d’unités

%

Terre-Neuve-et-Labrador

1 202

1 000

-16,8

Île-du-Prince-Édouard

394

387

-1,8

Nouvelle-Écosse

3 448

3 118

-9,6

Nouveau-Brunswick

1 379

1 310

-5,0

Québec

33 029

32 528

-1,5

Ontario

68 292

71 863

5,2

Manitoba

4 911

4 433

-9,7

Saskatchewan

4 332

3 878

-10,5

Alberta

34 696

22 632

-34,8

Colombie-Britannique

29 914

39 498

32,0

Canada

181 807

180 967

-0,5

Toutes les provinces, sauf le Québec

148 778

148 439

-0,2

Source : SCHL, Portail de l’information sur le marché de l’habitation [en ligne], 2017 (consulté le 27 mars 2017); calculs de la SHQ.

Mises en chantier dans les régions métropolitaines de recensement

Les mises en chantier sont en baisse dans cinq des six RMR

L’activité dans le marché du neuf était en recul dans la majorité des RMR du Québec.

Le nombre total des mises en chantier s’élevait à 26 698 unités pour l’année, ce qui est inférieur de 5 % au résultat obtenu en 2015 (28 142). Sur les six RMR de la province, seules celles de Gatineau et de Trois-Rivières n’ont pas connu de baisse en la matière (voir tableau 2).

Dans le cas de la RMR de Gatineau, la hausse est attribuable aux mises en chantier de logements locatifs (+38,4 %) et de copropriétés (+71,7 %); pour celle de Trois-Rivières, elle est due au marché des habitations pour propriétaires-occupants (+11 %) et, surtout, à celui des logements locatifs (+114 %).

Tableau 2 : Mises en chantier – RMR du Québec, 2015 et 2016

RMR

2015

2016

Variation 2015-2016

 

Nombre d’unités

%

Gatineau

1 584

1 819

14,8

Montréal

18 744

17 834

-4,9

Québec

5 442

4 766

-12,4

Saguenay

505

412

-18,4

Sherbrooke

1 367

1 197

-12,4

Trois-Rivières

500

670

34,0

Ensemble des RMR du Québec

28 142

26 698

-5,1

Source : SCHL, Portail de l’information sur le marché de l’habitation [en ligne], 2017 (consulté le 27 mars 2017); calculs de la SHQ.

Mises en chantier selon les types de logements

Le recul des mises en chantier a été observé dans trois des quatre types de logements

Pour l’année 2016, les maisons individuelles (+0,6 %), jumelées (+3,6 %) et en rangée (+49,1 %) ont enregistré une hausse de leurs mises en chantier, tandis que les appartements ont reculé à ce chapitre (-5 %) (voir tableau 3).

Tableau 3 : Mises en chantier selon les types de logements – Québec, 2015 et 2016

Types de logements

2015

2016

Variation 2015-2016

 

Nombre d’unités

%

Maison individuelle

6 424

6 464

0,6

Maison jumelée

2 260

2 342

3,6

Maison en rangée

1 186

1 768

49,1

Appartements

23 159

21 954

-5,2

Total des types de logements

33 029

32 528

-1,5

Source : SCHL, Portail de l’information sur le marché de l’habitation [en ligne], 2017 (consulté le 27 mars 2017); calculs de la  SHQ.

Évolution des mises en chantier des maisons individuelles et des logements collectifs

La popularité des logements collectifs (appartements) continue de croître, au détriment des maisons individuelles

Les données portant sur les types de logements en 2016 viennent confirmer une tendance observée depuis quelques années au Québec : la part de la construction des logements collectifs augmente au détriment de celle des maisons individuelles.

Graphique présentant la part des mises en chantier selon les types de logements: maisons individuelles, logements locatifs au Québec de 1999 à 2016.
Source : SCHL, Portail de l’information sur le marché de l’habitation [en ligne], 2017 (consulté le 27 mars 2017); calculs de la SHQ.

Graphique 1 : Évolution des mises en chantier selon les types de logements

Source : SCHL, Portail de l’information sur le marché de l’habitation [en ligne], 2017 (consulté le 27 mars 2017); calculs de la SHQ.

Le graphique ci-dessous montre qu’à partir de 2003, une inversion de tendance s’est produite en faveur des logements collectifs. De 40 % en 2002, la part de mises en chantier des logements collectifs avait bondi pour atteindre 47 % en 2003.Et depuis lors, l’écart ne cesse de se creuser entre ces deux segments du marché de l’habitation.

En 2016, la part des logements collectifs sur le total des mises en chantier était de 68 %, contre 20 % pour celle des maisons individuelles. À titre de comparaison, avant 2003, cette proportion était en moyenne de 55 % pour les maisons individuelles et de 35 % pour les logements collectifs.

Mises en chantier selon le marché visé

La construction est en hausse dans le segment locatif et dans celui de la propriété absolue (propriétaire-occupant)

La construction des logements locatifs et des habitations pour propriétaires-occupants était en hausse, alors qu’un recul des mises en chantier a été observé dans le segment de la copropriété (voir tableau 4).

La hausse de l’activité sur le marché de la construction des logements locatifs se poursuit, mais avec une faible intensité (+5,6 %), alors qu’au chapitre de la copropriété, le ralentissement continue (-17,1 %) pour une deuxième année consécutive.

Tableau 4 : Mises en chantier selon le marché visé – Québec, 2015 et 2016

Types de logements

2015

2016

Variation 2015-2016

 

Nombre d’unités

%

Propriétaire-occupant

9 788

10 295

5,2

Locatif

13 020

13 745

5,6

Copropriété

9 934

8 238

-17,1

Coopératif

287

250

-12,9

Total des types de logements

33 029

32 528

-1,5

Source : SCHL, Portail de l’information sur le marché de l’habitation [en ligne], 2017 (consulté le 27 mars 2017); calculs de la SHQ.

Illustration en graphique de l'évolution des mises en marché en chantier selon le marché visé.
Source : SCHL, Portail de l’information sur le marché de l’habitation [en ligne], 2017 (consulté le 27 mars 2017); calculs de la SHQ.

Évolution des mises en chantier selon le marché visé

La construction de logements locatifs poursuit sa croissance, alors que celle de copropriétés continue son ralentissement

L’augmentation du nombre des mises en chantier (+5,6 %, 13 745) observée dans le segment du locatif en 2016 s’inscrit dans une tendance amorcée en 2013. L'activité sur le marché de la copropriété poursuit, quant à elle, son ralentissement (-17,1 %, 8 238), qui avait aussi commencé en 2013 (voir graphique 2).

Marché de la revente

Illustration graphique présentant le nombre de ventes de maisons unifamiliales, de copropriétés et de plex au Québec pour l'année 2016
Source : FCIQ, Baromètre MLS, [en ligne], quatrième trimestre 2016 (consulté le 28 mars 2017).

L’activité est en hausse sur le marché de la revente

Les ventes résidentielles conclues au cours de 2016 avaient atteint 78 231 unités, ce qui correspond à une augmentation de 6 % par rapport à 2015.Il s’agit d’une augmentation pour une deuxième année consécutive. La hausse des transactions a été observée autant dans la catégorie des maisons unifamiliales (+5 %) que dans celles des copropriétés (+6 %) et des plex (+7 %).

Pour ce qui est des ventes par catégorie, les maisons unifamiliales en représentent une part importante (71 %); suivent ensuite les copropriétés (20 %), puis les plex (9 %) (voir graphique 3).

Situation régionale

Les ventes de propriétés sont en hausse dans cinq des six RMR du Québec

L’activité était en hausse dans cinq des six RMR du Québec : Gatineau (+12 %), Sherbrooke (+9 %), Montréal (+5 %), Trois-Rivières (+3 %) et Québec (+2 %). La RMR de Saguenay avait de son côté enregistré une baisse de 2 % dans ses ventes résidentielles annuelles.

Offre de propriétés à vendre

Le nombre total de propriétés à vendre a reculé pour la première fois depuis six ans

Le nombre des propriétés à vendre s’élevait en moyenne à 77 733 en 2016, soit un recul de 5 % par rapport à 2015. Le nombre des maisons unifamiliales à vendre était en recul de 6 % et celui des copropriétés, de 4 %.

Construction de logements communautaires et abordables

Augmentation de la contribution des programmes gouvernementaux à la construction de logements communautaires et abordables

La Société d’habitation du Québec (SHQ) intervient de diverses façons dans le marché de l’habitation, notamment en finançant la construction de logements abordables.

En 2016, le nombre de logements communautaires et abordables livrés représentait près de 9 % de l’ensemble des 13 534 logements locatifs et coopératives dont la construction a été achevée au Québec pour la même année.

Ainsi, grâce aux investissements du gouvernement du Québec, au total, 1 201 logements abordables et communautaires neufs avaient été livrés en 2016 par l’intermédiaire du programme AccèsLogis Québec de la SHQ.

Retour vers le haut de la page.