L’influence des baby-boomers sur le marché de l’habitation - Société d'habitation du Québec

{$cte.titreBandeau}

Fil d'ariane

Un groupe démographique qui fait des vagues

L’influence des baby-boomers sur le marché de l’habitation

Les baby-boomers forment le plus grand groupe démographique en Amérique du Nord. Seulement au Québec, ils représentent 42 % de la population. Avec un si grand nombre de représentants, les baby-boomers ne peuvent avancer dans la vie sans faire de vagues dans toutes les sphères de la société. C’est le cas notamment du marché de l’habitation.

Le terme baby-boomers est généralement employé pour désigner les personnes nées entre 1946 et 1966, au cours de l’explosion du taux de natalité survenue après la Seconde Guerre mondiale.

Petits ménages et grands logements

Leur poids démographique considérable, jumelé à leur vieillissement, influence sensiblement le marché de l’habitation. Plus les baby-boomers avancent en âge, plus le nombre de ménages constitués de personnes seules ou de couples sans enfant augmente. Néanmoins, les baby-boomers préfèrent généralement habiter de grands logements. Depuis plusieurs années, on observe chez eux un vif engouement pour la copropriété. L’Institut de la statistique du Québec prévoit que le nombre de copropriétaires triplera d’ici 2031, mais actuellement, la grande majorité des propriétaires occupants de 45 à 75 ans possèdent une maison individuelle. À titre d’exemple, 87 % des propriétés qui sont situées en dehors de la région métropolitaine de Montréal et de la grande région de Québec, et qui appartiennent aux baby-boomers, sont des maisons individuelles.

Adapter plutôt que déménager

Autre constat, plus les ménages vieillissent, moins ils sont enclins à déménager. On observe une augmentation significative de la sédentarité des ménages lorsqu’ils atteignent la quarantaine. Les baby-boomers souhaitent habiter le logement qu’ils ont acquis avant la retraite le plus longtemps possible. Même si leur état de santé se détériore, la location d’un logement dans une maison de retraite privée ou un foyer d’accueil s’avère une solution de dernier recours. Ils préfèrent plutôt se prévaloir du soutien nécessaire à l’adaptation de leur domicile, aux services d’entretien de leur logement ou de leur terrain et aux services de soins à domicile. Cependant, comme ils appartiennent à plusieurs cohortes nées pendant une période qui s’étend sur une vingtaine d’années, les variations entourant le marché de l’habitation se font sentir de façon progressive, ce qui laisse le temps aux acteurs de s’adapter aux nouvelles réalités du marché.

Le saviez-vous?

À l’automne 2010, la Société d’habitation du Québec (SHQ) a produit un bulletin d’information intitulé Les baby-boomers et le logement. Ce bulletin est disponible sur le site Web de la SHQ (1.3 Mo).